Comment devenir végétarien/vegan facilement

Déjà il faut savoir que l’une des premières étapes lorsque l’on est devenus végétariens a été de s’abonner au panier de légumes de l’AMAP à côté de chez nous.

L’avantage que l’on y a vu, en dehors de soutenir un agriculteur à côté de chez nous et de pouvoir consommer des légumes bio et locaux (parce que oui, en plus d’être vegans on est aussi locavores), c’était de ne pas avoir à CHOISIR les légumes.

Parce que choisir ce qu’on achète implique souvent d’avoir déjà en tête ce qu’on va en faire. Et quand on ne sait absolument pas cuisiner, on se retrouve planté devant le rayon fruits et légumes comme une poule avec un couteau…

Ne pas choisir permet de faire avec ce qu’on a et donc d’aborder la cuisine différemment. « Que peut-on faire avec tel légume ? » est une recherche internet plus facile que « que manger ce soir ? ».

Du coup ça nous a permis de découvrir des tas de légumes qu’on ne connaissait pas : le panais, toutes sortes de choux, les radis noirs et blancs, les blettes, les épinards frais, les topinambours et même des trucs qu’on a jamais réussi à identifier, même sur internet… Et de trouver des façons d’agrémenter des légumes qu’on aurait jamais acheté nous-mêmes : betteraves, brocolis, chou romanesco, chou fleur…

Au final, on en a déduit quelques principes simples applicables au quotidien :

n’importe quel légume passe bien en quiche s’il est accompagné de fromage (ça c’était quand on était végétariens), ou d’une sauce à base de yaourt de soja + sel, poivre, ail et herbes (en mode vegan)

n’importe quel légume passe bien en poêlée s’il est bien assaisonné (sauce soja, vinaigre balsamique, sel, poivre, ail en poudre, curry, paprika, muscade, cardamome et herbes diverses en fonction des goûts)

n’importe quel légume passe bien même en cuisson vapeur (et Dieu sait qu’en tant qu’ex-junkies de la food les légumes vapeur représentaient le mal absolu) si on les accompagne d’une sauce hyper goûteuse (genre curry, ail et fines herbes ou tomate)

pas besoin de substitut de viande (type steaks de soja, de céréales, saucisses végétales ou autre simili-carnés) pour associer aux légumes. Un légume + une céréale + une sauce est une combinaison qui peut se décliner à l’infini et qui fonctionne très bien au quotidien

la plupart des plats français traditionnels sont adaptables en vegan et certains en deviennent même meilleurs, j’en détaillerai certains plus tard

– quand on ne sait vraiment pas quoi faire d’un légume, on le met dans une soupe accompagné de carottes et ça marche à tous les coups

Ces quelques conseils suffisent déjà à se lancer, alors n’hésitez pas !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s