Zoom sur : les couches lavables

20160208_120700

A la naissance de mon premier fils j’avais songé aux couches lavables, mais vu que je ne comptais pas prendre de congé parental et que je travaille loin de chez moi et suis donc absente de chez moi 12h par jour (et qu’en plus je ne suis pas la reine de l’organisation), j’avais peur de ne pas réussir à suivre au niveau des machines de linge, du coup j’ai laissé tomber mais je n’en étais pas franchement fière.

Je gardais en tête que ça serait quand même bien d’y passer pour bébé 2, parce que jeter à la poubelle 6 à 7 verres de pétrole par jour c’est quand même pas terrible.

Et oui, une couche jetable c’est un verre de pétrole…

Sans compter que niveau déchets c’est quand même bien crado et bien long à se dégrader quoi…

Du coup, quand je suis tombée enceinte de mon 2e petit garçon, sachant que cette fois-ci je comptais prendre un congé parental, mon ainé n’ayant que 2 ans et demi d’écart avec le petit, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de passer aux couches lavables !

La soeur d’un ami avait lancé son entreprise de couches lavables avec en plus une éthique 100% zéro déchet, et locale, j’ai foncé ! C’était en plus l’occasion de soutenir une jeune entrepreneuse soucieuse de bien faire.

J’ai donc commandé un pack complet chez Floriza, son entreprise (nom construit à partir des prénoms de ses 3 enfants).

Le pack complet c’est quoi ?

Il s’agit d’un pack théoriquement suffisant pour le bébé de 5kg à la propreté.

Il contient :

  • 5 culottes taille M (à partir de 5kg)
  • 4 culottes taille L (à partir de 8kg environ)
  • 6 berceaux (à accrocher dans la culotte)
  • 18 inserts jour et 5 inserts nuit (l’insert est le tissu éponge que l’on place dans le berceau et qui absorbe le pipi).

En bonus dans le pack, sont offertes 10 lingettes lavables et un sac en tissu pour stocker les couches sales en attendant de les laver.

Je me suis aussi vue offrir un petit paquet de boosters en tissu (petits carrés absorbants que l’on place au niveau du pénis du petit garçon pour un surplus d’absorption. Soucis que l’on ne rencontre pas avec les filles qui ne font pas pipi à un seul et unique endroit de la couche !)

boosters 2

En plus il faut investir dans un paquet de voiles jetables à placer sur l’insert pour récolter le caca. Ce voile est lavable quand il n’y a eu que pipi, et jetable quand il y a eu caca. Ce sont des paquets de 100 voiles et franchement on a de quoi voir venir !

20160208_121506

L’ensemble revient à environ 300 euros, ce qui est très économique par rapport au prix des couches jetables !

Le soucis que j’ai rencontré dans l’utilisation de ce pack c’est que j’ai rapidement du racheter pour un peu plus d’une centaine d’euros de culottes et berceaux car dans mon utilisation quotidienne 5 culottes et 6 berceaux c’était très insuffisant ! J’étais obligée d’avoir recours aux couches jetables régulièrement car, mon sèche-linge étant en panne, les couches mettent très longtemps à sécher !

Par ailleurs, je n’ai recours aux couches lavables que la journée car la nuit, malgré l’insert plus épais et le booster, mon fils était inévitablement mouillé le matin (il a fait ses nuits rapidement donc 10h sans change c’était trop pour la capacité d’absorption des inserts).

D’autre part, et ce soucis est je pense commun à toutes les marques de couches lavables, les bébés n’ayant pas tous la même morphologie et la même taille, c’est très compliqué de bien ajuster la couche pour éviter les fuites. Mon fils s’est souvent retrouvé avec une fuite au niveau de la taille alors que l’insert n’était pas trempé, et aurait donc pu absorber plus.

Enfin, j’ai un vrai doute sur la capacité des couches à suivre mon fils jusqu’à la propreté. En effet, mon second petit garçon est assez costaud alors que son aîné est une crevette.

J’ai déjà mis les couches lavables taille L à mon grand de 3 ans pendant sa sieste et ça lui va (sans être très ajusté pour autant). Par contre il ne fait que 4 kilos de plus que son petit frère de 6 mois. Lorsque mon second aura 3 ans, je doute qu’il rentre encore dans les culottes taille L.

Je pensais pouvoir le laisser dans les couches taille M plus longtemps mais au final elles ne m’ont servies que de ses 2 mois à ses 5 mois. Cela fait donc 1 mois qu’il est en grande taille, j’espère qu’il pourra y rester le plus longtemps possible.

Malgré tout, bien évidemment, j’y ai vu des avantages ! (Bah oui là je n’ai énuméré que des défauts donc vous allez finir pas croire que je regrette, alors que pas du tout !)

Déjà les culottes sont super jolies, on peut choisir les tissus parmi un grand choix et on peut même demander un motif spécial !

Mon homme a tenu à ce que son fils porte une couche à l’effigie de son groupe de métal ! (malheureusement je ne peux pas vous mettre de photo ici car elle est au sale !)

20160208_120700

En plus le système de plusieurs parties distinctes lavables séparément permet (en théorie) de ne pas tout laver à chaque fois, ce qui explique le nombre limité de culottes et de berceaux, qui sont censés pouvoir durer plusieurs changes avant d’être lavés.

Je dis en théorie car dans mon cas, vue la morphologie de mon fils, le bord de la culotte, au niveau de la taille et au niveau des cuisses, était légèrement humide à chaque change, je suis donc obligée de mettre au sale l’ensemble à chaque fois.

Mais je pense que pour les petites filles, on rencontre moins ce problème (d’ailleurs la créatrice a essayé de nombreux modèles sur sa propre fille avant de déterminer le modèle définitif, et visiblement, elle ne rencontrait pas les fuites que j’évoque).

Après, bien sûr, on peut toujours se dire qu’il suffit de changer les enfants encore plus souvent pour limiter les fuites mais je me vois mal réveiller mon fils au milieu de sa sieste pour le changer…

Par contre, après avoir racheté des culottes et berceaux supplémentaires (2 culottes taille M et 3 culottes taille L, ainsi que 3 berceaux) j’en ai eu suffisamment pour n’utiliser que des couches lavables le jour (sauf quand je suis vraiment trop à la bourre sur mon linge mais ça c’est ma faute !). 8 culottes d’une même taille me semble donc une bonne quantité, en tout cas quand on est à la maison, et qu’on a un sèche linge en état de fonctionnement, surtout l’hiver. Après ça dépend bien sûr de la façon dont vous gérez votre linge. Si vous avez peur d’être un peu justes vous pouvez en acheter une dizaine par taille pour être sûr, ça restera toujours plus économique (et écologique) que les jetables !

Bien évidemment, les couches se lavent avec votre linge habituel et vous n’êtes pas obligés de trier, ce qui permet de ne pas attendre d’avoir suffisamment de couches sales pour faire une machine.

Je vais reprendre le travail d’ici 2 mois et j’espère pouvoir continuer à garder le rythme des couches lavables. Ma nounou m’a d’ores et déjà dit qu’elle était d’accord pour essayer mais j’ai peur de manquer de temps le soir pour les laver et les faire sécher. Je vous tiendrai bien sûr au courant !

Petit point rapide sur les lingettes lavables : je ne connaissais pas avant d’avoir celles du pack de Floriza, et j’utilisais des lingettes en coton jetables. Ces lingettes lavables sont vraiment géniales ! Par contre j’en ai refait quelques unes de mon côté que j’ai découpées dans une vieille serviette car les 10 lingettes ne me suffisaient pas. Aujourd’hui je n’utilise plus que ça, fini les lingettes jetables !

lingettes lavables

Autre point positif, le SAV est génial ! Je ne sais pas si j’ai eu un traitement de faveur du fait que la créatrice soit la soeur d’un ami, mais à chaque fois que je l’ai recontacté pour une question ou un soucis, elle s’est montrée très disponible et soucieuse que ça se passe bien. C’est l’avantage de faire appel à une petite structure à taille humaine plutôt qu’enrichir une multinationale !

Au final, et malgré les quelques inconvénients que j’ai pu mentionner et qui sont je pense encore assez répandu parmi les couches lavables, je suis très satisfaite de mon achat. Cela permet d’économiser, de réduire ses déchets et de soutenir une jeune entrepreneuse, maman de 3 enfants, plutôt que des actionnaires de multinationale déjà plein aux as…

Les couches lavables me sont revenus à environ 450 euros, sachant que je compte essayer de les revendre d’occasion pour une centaine d’euros lorsque mon fils sera trop grand ou propre (je ne sais pas ce qui arrivera en premier !). Pour se rendre compte, les couches jetables se comptent en milliers d’euros de la naissance à la propreté…

N’ayant pas essayé d’autres marques de couches lavables je ne peux pas vous dire si celles de Floriza sont mieux ou moins bien que d’autres, à vous d’essayer si le coeur vous en dit !

Et vous vous avez déjà essayé les couches lavables ? Vous avez été satisfaits ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s