Lectures : Comment j’ai arrêté de CONsommer

Je poursuis cette rubrique Lectures avec ce livre de Frédéric Mars « Comment j’ai arrêté de CONsommer« , paru en 2012, et sous-titré « Journal d’une année de lutte contre l’enfer marchand« .

comment j'ai arrêté de consommer

C’est un peu l’équivalent français du « No impact man » de Colin Beavan dont je vous ai parlé ici, j’ai d’ailleurs lu les 2 coup sur coup.

Ce livre raconte comment pendant un an Frédéric Mars a modifié son rapport à la consommation, étapes par étapes.

Ça se lit comme un roman, c’est léger, facile à lire et drôle. Et surtout c’est déculpabilisant pour tous ceux qui décident de s’engager dans une démarche minimaliste sans trop savoir comment s’y prendre et en faisant beaucoup d’erreurs de débutants, comme on en a tous faits (et comme on en fait encore !)…

Au début du livre Frédéric Mars n’est absolument pas écolo ou engagé dans une quelconque action militante contre le système capitaliste. Bien au contraire, c’est un acheteur compulsif, qui collectionne les objets technologiques comme certains collectionnent les timbres.

C’est une banale foire à tout qu’il fait avec sa femme sous l’impulsion d’une amie experte dans ce domaine, qui va déclencher son envie de réfléchir à son rapport à la consommation, avec l’aide d’un ami militant écolo qui l’aidera à garder le cap pendant cette année de déconsommation intensive.

Il crée ainsi un outil extrêmement rigide censé lui dicter ses choix de consommation avec un système de points attribués de façon très stricte pour ne surtout pas céder à l’achat d’impulsion. Il s’inscrit dans un SEL (Système d’Echange Local) afin de se procurer par le troc ce dont il a besoin et que son outil d’aide à la décision ne lui a pas permis d’acheter.

Soit dit en passant sa description du SEL et de ses adhérents vaut à elle seule la lecture du livre !

Il en vient parfois à faire des choix extrêmement discutables comme lorsqu’il décide de troquer sa chaine hifi achetée neuve 1000 euros quelques mois plus tôt contre un lot de 6 verres à pied (!!!) simplement parce que son outil d’aide à la décision l’a empêché de réaliser l’achat de ces verres alors qu’il en a vraiment besoin.

C’est là le soucis de ce type de défis écolos que l’on voit fleurir dans les livres ces temps-ci : ils ont le mérite de faire découvrir des alternatives écolos au public mais le fait de les réduire à un défi pendant lequel on vit de façon extrême avant de reprendre une vie « normale » pousse à croire que ce genre d’engagements ne peut tenir sur la durée.

Or, si l’on fait les choses avec modération, en s’autorisant des écarts de temps en temps et surtout en suivant notre instinct et non des règles rigides prédéfinies à l’avance, on peut avoir un mode de vie alternatif, minimaliste et de déconsommation sur du long terme.

En résumé c’est donc une lecture fort sympathique qui a le mérite de montrer qu’on peut vivre en boudant le système marchand et que consommer ne doit pas être un but en soi, mais la façon dont ce défi a été vécue par son auteur reste celle de quelqu’un qui sait que ça ne durera pas et en cela je me demande si ce livre ne dessert pas plutôt la cause qu’il tente de défendre…

Ce n’est qu’un avis personnel, bien sûr, n’hésitez pas à me donner le vôtre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s