Lectures : Histoire des hommes et de leurs ordures & La pollution au moyen-âge

J’inaugure cette nouvelle catégories « Lectures » avec 2 livres qui peuvent sembler ne pas être en lien direct avec le minimalisme… et pourtant…

Alors d’abord, petite présentation des livres en question :

20160203_110100

Titre : « La pollution au Moyen-Âge »

Auteur : Jean-Pierre Leguay

Année de parution : 1999

histoire des hommes et de leurs ordures

Titre : « Histoire des hommes et de leurs ordures »

Auteure : Catherine De Silguy

Année de parution : pour la version que j’ai lue 1996, mais il a été réédité en 2009.

J’ai lu ces 2 livres coup sur coup et je fais un seul article pour les 2 car ils se complètent l’un l’autre. Alors pourquoi parler de livres qui traitent de la pollution et de la gestion des déchets dans l’histoire ?

Tout simplement parce que quand on se lance dans une démarche de réduction des déchets, il est intéressant de se pencher sur la façon dont les déchets ont été produits et gérés par les hommes au cours de leur histoire.

Et finalement, on se rend compte que la question de la gestion des déchets humains a toujours été plus ou moins problématique, et surtout depuis que les hommes vivent dans des villes.

Déjà au Moyen-Âge, les lois se suivaient (et n’étaient pas respectées !) pour imposer aux citoyens des règles afin de gérer au mieux ces déchets encombrants, et générateurs de maladies.

Alors certes, les déchets de l’époque étaient organiques et donc facilement compostables, mais encore fallait-il que les citoyens prennent la peine de les déposer dans un lieu réservé à cela et non dans la rue… Et visiblement ça n’était pas si évident à faire respecter ! Et nous en sommes aujourd’hui toujours au même point ! Combien de déchets sont jetés par terre à quelques mètres d’une poubelle ?

Dans « la pollution au Moyen-Âge » Jean-Pierre Leguay nous décrit très précisément l’état des ruelles et « les boues » qui jonchent le sol : comprenez un amas de déjections humaines et animales mêlées avec les restes alimentaires et les déchets provoqués par les activités professionnelles des artisans. Imaginez les déchets engendrés par les bouchers, les teinturiers, les tanneurs et autres activités polluantes, tout ça entassés au sol et emmenés par la pluie dans les fleuves et rivières où les habitants s’abreuvaient… BEURK !!!

Dans « Histoire des hommes et de leurs ordures » Catherine De Silguy nous raconte notamment l’histoire des chiffonniers, ces travailleurs dont le rôle consistait à récupérer les déchets des citoyens pour les transformer et les revendre. L’équivalent aujourd’hui de ces chiffonniers ce sont Emmaüs et les ressourceries et recycleries…

On apprend également que le fameux préfet Poubelle qui a donné son nom à cet objet de notre quotidien n’en est pas réellement l’inventeur comme on le dit souvent mais seulement celui qui les a rendues obligatoires par décret, et a ainsi privé les chiffonniers de leur source de revenus !

En effet, dès le Moyen-Âge, on a utilisé des récipients pour stocker les déchets au lieu de les déposer au sol.

On y lit également des choses effrayantes sur la façon dont les déchets sont enterrés, incinérés ou entassés et sur les conséquences sanitaires pour les personnes vivant à proximité des décharges ou au-dessus de monceaux de déchets enterrés, sur lesquels on construit des lotissements sans se soucier le moins du monde de ce que cela pourrait provoquer pour les populations qui y emménagent sans avoir idée de ce qui se trouvent sous leurs pieds.

On y apprend entre autres, que ce n’est pas parce qu’un déchet est biodégradable qu’il est réellement biodégradé car s’il finit entassé dans une décharge au milieu de déchets chimiques, industriels non biodégradables et qu’il n’a accès ni à la lumière, ni à l’air, il ne se biodégradera pas.

Pour qu’un déchet biodégradable se biodégrade il lui faut des conditions appropriées, il faut le composter correctement, or ce n’est que rarement le cas lorsque ces déchets sont mêlés aux déchets non compostables. D’où l’intérêt pour nous citoyens de composter tout ce qui peut l’être afin que ces déchets ne se retrouvent pas dans les décharges.

La lecture de ce livre donne à lui seul envie de se lancer dans le zéro déchet.

Au final ces 2 livres se sont avérés extrêmement intéressants : « La pollution au Moyen-Âge » est très pointu sur la question qu’il traite et permet surtout d’assouvir une éventuelle curiosité sur la vie dans les villes au Moyen-Âge.

« Histoire des hommes et de leurs ordures » est à conseiller à tous ceux qui se demandent ce qu’il advient de leurs ordures une fois que les éboueurs les ont ramassés. C’est un livre vraiment très documenté et intéressant que je vous conseille si vous vous êtes engagés dans la réduction de vos déchets, c’est extrêmement motivant à poursuivre nos efforts !!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s