Récit de course : les Foulées de Tel est ton défi 2016

Comme je vous l’expliquais dans mon article précédent, j’ai donc couru ma toute première course hier, dimanche 18 septembre 2016.

Petit évènement pour moi puisqu’il s’agissait de ma toute première compétition sportive !

Juste pour le plaisir de partager ça avec vous, voilà donc le récit de cette course !

Je me réveille avec un mal de gorge assez intense, mais en dehors de ça je me sens en pleine forme. Mon dernier run datait du jeudi précédent pour arriver à la course sans courbatures, ni douleurs articulaires que j’expérimente souvent les lendemains d’entraînements.

Une petite pastille pour la gorge histoire d’être tranquille, une petite vitamine B12, deux prunes, une nectarine, je zappe le café intentionnellement car j’ai entendu que ça contribuait à la déshydratation, et bien sûr de grandes gorgées d’eau, et c’est bon pour le petit déjeuner. Je fais léger exprès car pas envie de m’alourdir inutilement, je mangerais mieux après la course.

Je me mets en tenue directement, je rassemble le peu d’affaires dont je vais avoir besoin (une veste pour l’après-course, et les sacro-saintes épingles pour attacher le dossard que j’avais trop peur d’oublier !) et zou c’est parti !

Il fait gris et pas très chaud mais c’est plutôt une bonne nouvelle car courir est plus aisé quand il fait 15 ° que 25°.

Je connais déjà les lieux de la course car c’est un village voisin de celui dans lequel j’ai grandi, et surtout j’ai déjà participé à la randonnée organisée en même temps que la course il y a quelques années, cela contribue à me rassurer et diminuer mon stress.

Je vais récupérer mon dossard, le 229, et je mets 15 minutes à réussir à l’accrocher convenablement à mon t-shirt Vegan Runner.

dossard-tel-est-ton-defi

Je récupère en même temps le sac et le t-shirt offerts gracieusement par le département de Seine Maritime à tous les participants, ça fera un t-shirt pour dormir ou faire des travaux !

Je me rends sur le lieu de la course en petit footing pour commencer à m’échauffer tranquillement et évacuer le stress et je tombe sur mes parents et ma soeur qui vont participer à la randonnée, cool, on va pouvoir discuter un peu, ça évitera de laisser monter la pression.

J’assiste à la course enfants, puis le départ de la randonnée. A nouveau seule j’en profite pour m’échauffer un peu et poster une petite demande d’encouragements sur un groupe Facebook de coureurs, les retours ne se font pas attendre et tous les commentaires sympathiques et dynamisant me surmotivent.

arche-depart-tel-est-ton-defi

Je lance mon appli de running sur mon téléphone puis le départ est donné quelques minutes après. Les coureurs du 5 km et du 10km se lancent en même temps. Intentionnellement je m’étais positionnée vers la fin du sas de départ car pas envie de me faire doubler par tout le monde. En seulement 500 mètres de course je me retrouve en dernière position derrière le peloton que je vois s’éloigner beaucoup plus vite que je ne le pensais. Pas grave, je ne cours pas pour les autres mais pour moi et je sais déjà que je finirai dernière. Mon objectif ici est simplement de participer à une première course officielle et si possible de battre mon propre record sur 5 km qui est de plus de 36mn.

Très rapidement je m’aperçois qu’un autre coureur est avec moi en fin de course, je m’attendais à ce qu’il me dépasse mais en fait non, il se met à ma hauteur et court au même rythme que moi. Très vite il engage la conversation. Lui est sur le 10km contrairement à moi, et il ne court que depuis 6 mois. Il s’appelle Farid (coucou à toi si tu me lis !), et c’est la première fois qu’il se lance sur une telle distance.

Je repère également deux jeunes filles qui étaient juste derrière moi dans le sas de départ et qui alternent course rapide (beaucoup plus que moi en tout cas) et marche. Du coup je les dépasse, elles me dépassent, je les dépasse, elles me dépassent… Jusqu’à ce que je les perde de vue.

Mon camarade de course et moi sommes suivis par le « vélo-balai » qui ferme la course derrière nous et annonce aux bénévoles situés sur le trajet que nous sommes les derniers coureurs mais que 2 jeunes filles marchent assez loin derrière nous.

A ce moment je me dis « tiens peut-être que je ne finirai pas dernière ! »

Au final, nous courons ensemble  avec Farid pendant un peu plus de 4 km tout en discutant par intermittence. Cela rend ma course (et la sienne aussi je pense) bien plus agréable que si je m’étais retrouvée seule à me traîner, talonnée par le vélo-balai…

Je m’attendais à passer par la forêt de La Londe, mais nous restons à l’intérieur du village, je suis un peu déçue car j’attendais particulièrement ce passage en forêt. A part quelques faux-plats, aucune difficulté sur le parcours, qui sans être désagréable est un poil monotone… Décidément le bitume c’est pas mon truc, je préfère courir dans la nature !

Mon appli smartphone m’indique que nous en sommes au 4e kilomètre et je me rends compte que j’en ai encore pas mal sous le pied. Et oui, à caler mon rythme sur celui de mon camarade de course j’ai un peu moins écouté mes propres sensations et je me suis parfois surprise à me limiter un peu. Je ne le regrette absolument pas car courir cette première course officielle en étant accompagnée m’a permis de vivre l’évènement de manière beaucoup plus détendue et je ne cherche de toute façon pas la performance ici.

Farid voit bien que j’ai de la marge et qu’il ne me reste qu’un petit kilomètre avant la fin alors que lui en a encore 6, et me dis « vas-y si tu veux, ne te ralentis pas pour moi ». Au final je crois que j’avais besoin de cette « autorisation » de sa part pour oser accélérer et le laisser derrière. C’est ça quand on est un peu trop empathe… 😉

J’accélère donc au 4e kilomètre et me lance à un rythme un peu plus soutenu (6 mn 44 s du kilomètre alors que j’étais à un peu plus de 7 sur les kilomètres précédents). J’entame la dernière boucle autour de la place de l’Ourail de La Londe où se déroule l’arrivée, et j’aperçois sur la place les deux jeunes filles que je pensais avoir laissé derrière. Ont-elles abandonné ? Je ne comprends pas vraiment ce qu’elles font là…

Alors que je ne suis qu’à quelques dizaines de mètres de l’arrivée, je vois un immense gaillard débouler au sprint devant moi jusqu’à la ligne d’arrivée, et j’entends le speaker annoncer qu’il est le vainqueur du 10 km. Mon ego en prend un petit coup au passage, certes, je savais que je serai dernière du 5 km mais de là à me faire doubler par le vainqueur du 10 km, parti en même temps… Bon… Il faut pas être trop susceptible quoi…

Je passe finalement la ligne d’arrivée un peu essoufflée mais avec un petit sentiment de frustration, j’aurais pu aller plus vite… Au moment où je franchis la ligne j’entends le speaker annoncer « l’arrivée du numéro 229, Juliette Barjou ! »… Whaou ! Le speaker a dit mon nom ! Alors ouais il dit les noms de tous les concurrents, mais ça m’a fait vraiment bizarre qu’il annonce mon arrivée au micro ! Mon ego qui s’en était pris une en voyant le vainqueur du 10km arriver avant moi, se regonfle soudain en entendant le speaker. Et oui, en course à pied, le dernier a droit à autant de respect que le vainqueur 🙂

Je regarde mon appli smartphone qui m’annonce un temps de 39:07 pour 5.21 km. Je sais que je ne peux pas me fier au temps annoncé car j’avais lancé l’application plusieurs minutes avant le départ réel. J’aimerais vraiment connaître mon temps et j’espère que les organisateurs vont accrocher les temps quelque part. Il n’en sera rien.

Je prends un petit morceau de pomme et un petit morceau d’orange au ravitaillement ainsi qu’un verre d’eau en attendant de voir les podiums, puis je rentre chez moi toujours un peu frustrée de ne pas connaitre mon temps. Au final, je le découvrirai en fin de journée sur le site Normandie Course à pied, et là… Surprise !!! Je suis annoncée avec un temps de 34:53 !!! Presque 2 minutes de mieux que mon record !!!

Je vois alors que je suis annoncée dernière comme je m’y attendais, mais je ne comprends toujours pas ce qu’il est advenu des deux jeunes filles que j’avais laissé derrière.

Je m’aperçois également en regardant les résultats que le vainqueur du 10 km est annoncé avec un temps de 35:53. Comment alors peut-il être annoncé avec un temps supérieur au mien alors que je l’ai vu passer la ligne d’arrivée juste avant moi ? Mystère… Si certains ont la réponse je veux bien…

Au final, j’ai adoré participer à cette course, j’ai passé une très bonne matinée et ça m’a donné envie d’en faire d’autres et d’améliorer encore mes records !

Un grand merci au passage aux organisateurs et aux bénévoles de cette course !

J’espère que ce petit récit vous a plus et vous aura permis de vivre l’évènement avec moi ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

8 réflexions sur “Récit de course : les Foulées de Tel est ton défi 2016

  1. Alors pour le temps il y a (peut-être) une explication. Si le chrono était géré par des puces électroniques dans le dossard ou sur la chaussure, le temps affiché est le temps réel. Donc le vainqueur du 10km est certainement parti dans les premiers, et donc a franchi la ligne de départ avant toi. le temps que toi tu passes la ligne de départ, en fond de sas, explique(rait) le décalage entre ton temps et le sien… sur des grosses courses, il peut même y avoir quelques minutes !

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’avais encore jamais ouvert ton blog, c’est la première fois que je le découvre. Bravo pour le style, tu écris très bien, tu es vraiment agréable à lire.
    Ce que tu dis du café me paraît un préjugé : il est constitué essentiellement d’eau ; le lait qu’on y ajoute, c’est aussi 90 % d’eau ; je ne vois donc pas comment il pourrait «contribuer à la déshydratation». En revanche, il aurait pu de donner un petit « coup de fouet » bénéfique pour l’effort à fournir.
    Le petit arbre stylisé a bien plu à ta mère. Tu l’as fait toi-même ou tu l’as trouvé quelque part?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s